Lc 06, 27-38 La bonne mesure

Je vous le dis, à vous qui m'écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. A celui qui te frappe sur une joue, présente l'autre. A celui qui te prend ton manteau, laisse prendre aussi ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas à celui qui te vole. Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance pouvez-vous attendre ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance pouvez-vous attendre ? Même les pécheurs en font autant. Si vous prêtez quand vous êtes sûrs qu'on vous rendra, quelle reconnaissance pouvez-vous attendre ? Même les pécheurs prêtent aux pécheurs pour qu'on leur rende l'équivalent. Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Dieu très-haut, car il est bon, lui, pour les ingrats et les méchants. Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. »
---
Ouf ! Tout un programme de vie ! Jésus vient tirer une ligne avec la mentalité de l’Ancien Testament « œil pour œil, dent pour dent ». Il nous appelle aujourd’hui à briser la chaîne de la rancune et à opter plutôt pour la bonté en toutes situations. Il nous en a donné tout un exemple en aidant et guérissant ceux qui ne pouvaient lui rendre la pareille, en pardonnant à ses bourreaux, en mourant pour nous sur la croix...
Facile de demander aux autres de ne pas me juger ni me condamner, et de me pardonner... moins facile de le faire moi-même ! Je remarque que j'ai plus de facilité à voir les torts des autres, que les miens. Je pense souvent aussi que je suis le seul à faire des efforts pour m'améliorer. Erreur !!! Si j'éprouve de la difficulté à me débarrasser de mes défauts, il y a de fortes chances que ce soit difficile aussi pour les autres... mais je ne peux voir aussi facilement les efforts qu'ils font; je ne lis pas dans leur cœur... Je me dois donc d'être aussi indulgent avec eux qu'avec moi-même ! Et c'est ça la mesure avec laquelle Dieu va me donner. Si je réussis à vivre ce que Jésus m'enseigne ici, mon agir avec les autres risque aussi d'interpeller, de créer une ouverture, de provoquer des changements. Tendre l’autre joue, ce n’est pas être masochiste ou provocateur; c’est faire confiance encore…
Qu'est-ce que je décide de faire, aujourd'hui, avec une personne proche de moi, avec qui ma relation est difficile ? Est-ce que je suis capable de m'intérioriser pour identifier mes jugements et rancunes ? Seigneur, ouvre mes yeux pour que je me vois honnêtement, et que je me sache aimé de Toi quand même... pour être capable d'aimer aussi les autres inconditionnellement.